La magie des mudras

Qu’est-ce qu’une mudra? A vrai dire, il est normal de devenir confus dans le charabia yoguique lorsqu’on entend des mots tel que mantra, mudra, asana, pranayama etcetera!

Je vais porter à votre attention aujourd’hui la magie des mudra. Mudra pourrait se traduire par le yoga des doigts. Imaginez quelqu’un qui serait pour une raison ou une autre de guérison, confiné au lit sans pouvoir utiliser ses jambes, cette personne pourrait obtenir beaucoup de bienfaits de tout ordre à pratiquer sagement des mudras.

Des mudras, il y en a des centaines. Si vous avez identifiez qu’un aspect de votre vie tourne en rond, que vous avez une blessure qui remonte de manière récurrente, qu’un de vos organes a fait jusqu’à maintenant preuve de faiblesse, il y a une mudra pour chacune de ses raisons et plus encore! Certains soignent physiologiquement exemple, une fatigue généralisée, d’autres atténue les mélancolies, le manque d’estime de soi, la dépression ou même les phobies.

Chantal Christin

professeure de yoga et naturothérapeute certifiée

Dans l’imagerie bouddhique, yoguique, nous avons l’habitude de voir le traditionnel mudra chin (celui où nous rejoignons de chacune de nos mains, pouce et index). Souvent associé à des images de méditation, suggérant le recueillement, tenu par une personne assise, on voit mudra chin profilé dans ses doigts. Cette mudra fait en effet circuler l’élément éther dans votre système, il apaise votre champ éthérique, aura. Il est aussi une posture qui aide à dissoudre l’égo. En effet, l’index étant le doigt de la direction, celui du reproche et des sermons, il se fait bien taire et stabiliser par le ground de notre cher pouce.

Dans chacun de nos doigts et mains (de même que orteil et pieds) il y des terminaisons nerveuses des nadis (un autre terme dont j’aimerais vous entretenir bientôt) qui créent ensemble des connexions stabilisantes lorsqu’elles sont rejointes.

Par exemple, le mudra de la concentration, si simple, vous le verrez souvent tenu instinctivement par des personnes influentes ou des orateurs éloquents (pensez à Fred Pellerin) qui est de réunir chacun de ses bouts de doigts, pouce contre pouce, index contre index etc) Essayez-le!

Cette mudra permet à nos hémisphères de connecter ensemble leur force mutuelle pour permettre que vous exprimiez exactement ce que vous avez créé à l’intérieur de vous lorsque vous prenez la parole en public. Dans le cas de Fred Pellerin, on peut vois qu’il l’utilise comme un déclencheur, pour arrimer sa pensée et son verbe et par la suite, il décolle, il nous enivre de sa magnifique et unique poésie.

Une bonne idée serait de pratiquer un mudra par saison. Au printemps, le foie a besoin de toutes nos attentions. Il existe des mudra sprécifiques a cet organe. De plus, comme chaque organe a son émotion/sentiment qui lui sont relié (foie : colère, sérénité) la pratique du mudra permet d’équilibrer ces deux polarité.

Que des bienfaits! Et si simple à insérer dans sa vie. Dans tous nos moments d’attente imposée par exemple, lors de nos méditations assises ou allongées, on peut y associer un mudra. Lors d’un power nap! Pourquoi pas? J’explique souvent à mes élèves qu’a partir du moment ou un mudra a été activé en conscience, on peut ensuite tout à fait le pratiquer dans des moments ou notre présence à soi n’est peut-être pas totale mais tout de même, reliée. C’est-à-dire que nous nous maintenons relié à soi, à nos besoins, par la voie du corps.

Je vous révèle ici le mudra du foie et de la sérénité :

Les majeurs sont placés à la base des pouces, sur le mont de Vénus, et les pouces et les annulaires se touchent derrière le majeur. Je dis souvent, les pouce et majeur s’embrassent dans le dos du majeur tandis que celui-ci reste serein.

Bonne pratique

Namasté

Chantal Christin

Un bonne référence québécoise d’un ouvrage sur les mudra serait :
Mudra, le yoga des doigts
Locana Sansregret en co-écriture avec Juliette Dumas
Éditions Flammarion